Analysons l’emballement sur les faits divers avec Fontenelle

Assurons-nous bien du fait, avant que de nous inquiéter de la cause. Il est vrai que cette méthode est bien lente pour la plupart des gens, qui courent naturellement à la cause, et passent par-dessus la vérité du fait, mais enfin nous éviterons le ridicule d’avoir trouvé la cause de ce qui n’est point.
Ce malheur arriva si plaisamment sur la fin du siècle passé à quelques savants d’Allemagne, que je ne puis m’empêcher d’en parler ici.
En 1593, le bruit courut que les dents étant tombées à un enfant de Silésie, âgé de sept ans, il lui en était venu une d’or, à la place d’une de ses grosses dents. Horstius, professeur en médecine dans l’Université de Helmstad, écrivit en 1595 l’histoire de cette dent, et prétendit qu’elle était en partie naturelle, en partie miraculeuse, et qu’elle avait été envoyée de Dieu à cet enfant pour consoler les Chrétiens affligés par les Turcs. Figurez-vous quelle consolation, et quel rapport de cette dent aux Chrétiens, ni aux Turcs. En la même année, afin que cette dent d’or ne manquât pas d’historiens, Rullandus en écrit encore l’histoire. Deux ans après, Ingolsteterus, autre savant, écrit contre le sentiment que Rullandus avait de la dent d’or, et Rullandus fait aussitôt une belle et docte réplique. Un autre grand homme nommé Libavius ramasse tout ce qui avait été dit de la dent et y ajoute son sentiment particulier. Il ne manquait autre chose à tant de beaux ouvrages, sinon qu’il fût vrai que la dent était d’or. Quand un orfèvre l’eut examinée, il se trouva que c’était une feuille d’or appliquée à la dent avec beaucoup d’adresse; mais on commença par faire des livres, et puis on consulta l’orfèvre.
Rien n’est plus naturel que d’en faire autant sur toutes sortes de matières. Je ne suis pas si convaincu de notre ignorance par les choses qui sont, et dont la raison nous est inconnue, que par celles qui ne sont point, et dont nous trouvons la raison. Cela veut dire que non seulement nous n’avons pas les principes qui mènent au vrai, mais que nous en avons d’autres qui s’accommodent très bien avec le faux.

Cet extrait de Fontenelle, Histoire des oracles, Première dissertation, chapitre IV (1687) s’insère parfaitement dans l’actualité.
Portrait-of-Bernard-Le-Bovier-sieur-de-Fontenell
Bernard le Bovier de Fontenelle lui-même qui a le swag avec son petit foulard.

L’affaire des shorts de Toulon est un parfait exemple contemporain de dent d’or (fait divers qui donne lieu à un emballement médiatique avant qu’on se rende compte que c’était faux). A titre de rappel, une agression s’est déroulée le dimanche 4 septembre à Toulon. La rumeur courait qu’une famille faisait du roller près d’une cité quand des individus insultèrent les femmes du groupe parce qu’elles portaient des shorts. La situation dégénéra et les hommes de la famille qui tentent de s’interposer finissent rossés. Ce fait divers suscita une grande émotion et nombreux sont ceux qui dans un contexte d’islamophobie ambiante firent le lien avec l’Islam. Pour ceux qui ne trouvent pas de lien évident (pour moi non plus, ça ne l’est pas), ce serait lié à l’acculturation islamique des cités. L’Islam étant présent dans les populations immigrées dans les cités, cela contribuerait à instaurer une mentalité sexiste qui veut que les femmes s’habillent couvertes et si possible avec un couvre-chef de tissu. Cette thèse peut vous sembler absurde mais elle fut défendue avec force. Une thuriféraire de la république laïque comme Cécile Pina expliqua doctement:

Le short est vécu par certains comme la marque du refus de cette soumission, des résistances à cette nouvelle norme et les agressions qu’il déclenche témoignent de l’influence que gagnent les islamistes dans certains secteurs, où ils ont imposé leur vision du monde faite de séparatisme sexuel et confessionnel, quand bien même la pratique religieuse serait frustre ou aléatoire.

Un pas est déjà franchi en affirmant que la religion a joué un rôle alors que les autorités judiciaires n’avaient rien dit sur ce sujet. Cela n’empêche pas Cécile Pina d’enfoncer le clou:

On n’éteindra pas la volonté de conquérir le pouvoir de ceux qui se servent de l’Islam pour imposer leur totalitarisme politique (y compris en attisant le feu de la guerre civile) en ignorant la multiplication de leurs provocations, mais en indiquant clairement que certaines attitudes sont séparatistes et inacceptables.

Aux armes, citoyens ! Formez vos bataillons! Quel sang (islamiste) impur ! Abreuve, nos sillons !

Vive la France!

Malheureusement pour Cécile Pina, la famille a publié un communiqué pour démentir que le short ait joué un rôle. Comme le rappellent les décodeurs:

Dans le quotidien régional, l’une des mères de famille agressées dément toute question religieuse, et le fait que le port d’un short soit à l’origine de l’agression : « Nous n’étions pas en short. Nous étions en tenue de sport. Un premier jeune nous a mal parlé et puis les choses ont rapidement dégénéré alors que nous étions en famille et avec nos enfants. » La violence reste évidemment intolérable, mais le motif religieux n’est pas confirmé. Pas plus que dans le récit d’un témoin interrogé par Libération. Le procureur de la République de Nice n’avait d’ailleurs pas évoqué de shorts ni d’agression pour un motif religieux, mais une attaque à motif sexiste déclenchée par une « provocation à caractère sexuel pour susciter la réaction des hommes ».

A ce stade de l’enquête et au vu de ces éléments, la prudence aurait dû rester de mise. Pourtant, il n’a fallu attendre que quelques heures après la révélation des faits pour voir des réactions, comme cette tribune de Céline Pina dans Le Figaro, dénonçant une « police de la vertu islamiste ». Ce qui n’était en fait pas le cas.

Source: tumblr qui a un titre trop long

Je reste toujours sidéré par la longueur de la tribune de Cécile Pina. Comment a-t-elle réussi à échafauder une tribune aussi longue et à partir aussi loin dans son délire pour réussir à la faire publiée dans quelques heures dans le figaro vox? Fontelle avait apparemment déjà la réponse près de 330 ans avant nous:

Je ne suis pas si convaincu de notre ignorance par les choses qui sont, et dont la raison nous est inconnue, que par celles qui ne sont point, et dont nous trouvons la raison. Cela veut dire que non seulement nous n’avons pas les principes qui mènent au vrai, mais que nous en avons d’autres qui s’accommodent très bien avec le faux.

En conclusion, gardez votre esprit critique. Il n’est jamais intelligent de commenter un fait divers à chaud. Premièrement, on risque de dire des bêtises sous le coup de l’émotion. Deuxièmement, on n’en sait rien. Plutôt que de s’enflammer, il vaut mieux attendre les informations ultérieures pour réfléchir plus posément. Enfin, il ne faut jamais oublier les Horstius, Rullandus, Ingolsterus et Libavius qui vont raconter n’importe quoi pour faire leur intéressant. Leurs explications sensationnelles vont évidemment piquer votre intérêt. C’est un leurre, ne vous laissez pas séduire. Gardez votre esprit critique. Considérez toujours une analyse à la lueur des faits. Ne vous laissez pas avoir non plus par les arguments d’autorité. Le Figaro vox est la colonne du figaro ouverte aux tribunes, ce sont des opinions. Ce ne sont pas des articles de journalistes qui sont allés enquêter sur le terrain. Je terminerai ce billet en remerciant ma professeur de Français de première pour m’avoir fait étudier ce texte de Fontenelle. Pour les amateurs de littérature, vous pouvez lire la lecture analytique de l’extrait sur ce site web d’où vient l’extrait que j’ai copié/collé en début d’article. Que l’on s’appelle ou non Cécile Pina, nous devrions tous garder cette phrase de Fontenelle en tête:

Assurons-nous bien du fait, avant que de nous inquiéter de la cause. Il est vrai que cette méthode est bien lente pour la plupart des gens, qui courent naturellement à la cause, et passent par-dessus la vérité du fait, mais enfin nous éviterons le ridicule d’avoir trouvé la cause de ce qui n’est point.

Add Comment

Required fields are marked *. Your email address will not be published.