Les références antisémites chez le raptor dissident

Un mot m’a tout de suite fait bondir dans la bande annonce du prochain épisode du raptor dissident sur le 8 novembre 2016 (jour de l’élection de Trump), celui de « cosmopolite ».

Cette accusation était aussi bien présente chez les nazis que chez les staliniens. Hitler employait ce mot dans Mein Kampf pour insister sur l’absence de patrie des Juifs qui combattent « pour la domination des autres peuples ». Il représente un danger pour la patrie et doit à ce titre être exterminé.

Les staliniens chasseront après guerre les « cosmopolites sans racines« . Cette campagne antisémite dura de 1949 à 1953. Elle a été marqué par l’assassinat d’écrivains yiddish, la purge des scientifiques juifs et qui culminera avec le « complot des blouses blanches ». Les médecins personnels de Staline, juifs pour une bonne partie d’entre eux, se retrouveront accusés à tort d’empoisonnement de deux hauts dignitaires soviétiques. Ils seront mis hors de cause à la mort de Staline.

Cet antisémitisme sous couvert d’accusation de cosmopolite s’est aussi retrouvé lors des procès de Prague en 1952. Plusieurs cadres du parti, juifs, se retrouvent victimes d’une machination dirigés contre eux dans un mouvement de purge du parti tchécoslovaque. Artur London racontera comment on l’a forcé à avouer dans son livre intitulé « L’Aveu » qui sera adapté au cinéma par Costa-Gavras.
photo.L-Aveu.4159
Artur London (joué par l’extraordinaire Yves Montand) interrogé violemment par la police secrète.

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer les affinités que le Raptor noue avec l’extrême-droite. Le vidéaste Franck Brusset a aussi largement abordé l’affiliation du reptile avec Alain Soral dans une de ses vidéos. Dans ce contexte, les références antisémites ne sont pas étonnantes. Le dinosaure envoie des signes favorables à l’alt-right très présente sur le forum jeux-video.com. Il ne faut pas oublier que Richard Spencer, une des têtes pensantes de l’alt-right (il en est du moins l’inventeur du mot), est un antisémite patenté. Pour satisfaire son public, le carnivore fera des références antisémites tout comme il peut en faire des plus anodines (comme El Risitas, devenu un mème emblématique des kheys de jeux-video.com). Il est important de relever que Richard Spencer était un soutien actif de Trump tout comme une bonne partie des membres du forum vidéo-ludique. Pendant, la campagne Trump s’est fait remarquer par des images antisémites. Néanmoins, il s’est empressé de se débarrasser de ses alliés encombrants de l’alt-right deux semaines après l’élection. Enfin, en cette fin de mois de février 2017, il a énoncé sa première condamnation formelle des actes antisémites.

Dans ce contexte particulièrement mouvementé de la campagne et de la présidence Trump où la haine raciale a été décuplée, les références antisémites du dinosaure posent question. De plus, ce n’est pas la première fois que l’auto-proclamé dissident laisse des références antisémites dans ses vidéos comme le notait un utilisateur facebook:

Je viens de revoir à l’instant la vidéo du Raptor Dissident concernant Tibo in shape et j’ai constaté des choses graves et sans équivoque, à 2:56, il utilise le drapeau et la silhouette d’Israël sans raison valable au sujet du « tipeee d’or » et des « quatre coins de l’Europe » avec celui de la Turquie et le logo d’Apple

14581473_10153840092837385_8410473483717860049_n

Tiens, tiens, cela ne rappellerait-il donc pas l’image du Juif cosmopolite? L’utilisateur attentif ajoute:

Mais surtout à 4:10, et 7:27 (pour terminer sa vidéo) il utilise une tombe juive clairement identifiable pour associer l’argent et le « tipeee d’or » aux juifs, c’est effarant !

994792_10153840092022385_3064232900774337842_n

On notera sur la photo en-dessous qu’il a bien fait attention à bien laisser apparaître « la Ménorah (chandelier à 7 branches) en prenant soin de ne pas laisser le portrait grignoté le symbole pour qu’il soit bien visible« :
14915300_10153840092527385_2028015612359764951_n

Notre carnassier n’est pas le seul vidéaste à laisser glisser des références antisémites dans ses vidéos. Récemment, PewDiePie a présenté ses excuses après avoir été pointé du doigt pour avoir un peu trop emprunté à l’imagerie nazie dans ses vidéos comme l’a souligné Arrêt sur Images. Il avait été aussi soupçonné de vouloir séduire le public de l’alt-right.

En conclusion, les références antisémites non équivoques et la proximité qu’entretient le raptor avec l’extrême-droite contribuent à alimenter un esprit malsain. Malheureusement, il semble que lézard n’est pas prêt de vouloir dissiper l’ambiguïté pour lever les doutes.

Add Comment

Required fields are marked *. Your email address will not be published.