Le mec qui se croit drôle mais qui est juste sexiste

Le Nouvel Obs a publié le 5 décembre une vidéo pour dénoncer le sexisme dans la langue française:

Comme chaque publication dénonçant le sexisme, cette publication a attiré son lot de commentaires misogynes. La palme revient à Etienne Gayoso, étudiant en sciences économiques à l’université de Montpellier.

25446253_394688484291151_9118729510159366542_n

Et le mec se croit vraiment drôle, si si … Vous pouvez lire ce commentaire dans son contexte ici sur la publication.

Rappelons ce qui fait qu’une blague est drôle:

  1. Elle dévie par rapport à une norme, c’est à dire l’action qu’on attend dans ce contexte. Exemple: la personne qui se prend une porte au lieu de l’ouvrir.
  2. C’est inoffensif. Toujours le même exemple: la personne a un peu mal mais il n’y a rien de grave.

Pour cette raison, on dit qu’une blague contient une “demi-vérité”. Elle rappelle toujours une norme. Si on rigole à la blague, c’est justement qu’on adhère à la norme et qu’on la considère comme vraie. Une vidéo publiée récemment sur le journal le monde résume très bien ce point. Je vous invite à la regarder si vous ne l’avez pas déjà vu.

Reprenons le même schéma.  Ici, la norme qui correspond à un stéréotype de genre est celui de la “femme bavarde”. Selon le raisonnement avancé dans la blague d’Etienne Gayoso, les femmes seraient hypocrites car elles parlent beaucoup (ça dérange pendant les matchs de foot) avec une langue qu’elles considèrent comme sexistes. Vous l’avez compris, la morale est que de toute façon les femmes feraient mieux de se taire car elles parlent déjà beaucoup (stéréotype de genre derrière la blague). Si vous adhérer à ce stéréotype, vous éclatez de rire. Car ici, les femmes dénonçant le sexisme dans la langue française apparaissent comme stupides.

Ce que résumait très bien le sociologue Denis Colombi dans un billet sur son blog une heure de peine:

Lui : Et donc il y a des groupes protégés ? Genre les femmes, on peut pas en rire ?
Moi : Tu n’écoutes pas. Si ta blague est une sanction, pour qu’elle soit drôle, il faut accepter la norme qu’il y a derrière. Ta blague, elle fait rire parce qu’il y a le sexisme derrière, parce que celui qui t’écoute accepte l’idée que oui, quand même, les femmes, elles sont un peu comme ça. Si ce n’était pas le cas, tu pourrais faire une blague du genre “hé, toutes les femmes sont bleues à pois verts”, et ça serait drôle.
Lui : Ben tu vois, c’est bien pour ça que c’est drôle.
Moi : Non, c’est juste déprimant de voir des gens qui se croient au top de l’humour parce qu’ils recyclent des blagues dont même l’almanach Vermot ne voudrait plus. Si on peut rire de tout, on devrait pourvoir rire d’autres choses que de blagues qui n’étaient déjà plus drôles il y a cinquante ans non ?
Lui : Pffff… c’est chiant tout ça. T’es chiant comme mec.
Moi : Je sais, je suis payé pour ça. Mais qu’est-ce que tu veux, comme le disait un autre grand homme, “l’humour est une chose trop sérieuse pour être laissé à des rigolos”.

Petite illustration avec notre héros du jour:

11885308_1014646445221785_8276688597940147138_n

Etienne Gayoso résumé en une image.

Add Comment

Required fields are marked *. Your email address will not be published.