Les ravages du journalisme poubelle de konbini : le cas Anne Ratier

Anne Ratier a récemment publié un ouvrage intitulé “J’ai offert la mort à mon fils“. En 1987, Anne Ratier tue son fils polyhandicapé de naissance qui selon la mère était dans un état végétatif en conséquence d’un manque d’oxygène qui avait gravement endommagé le cerveau de l’enfant.  La présentation de son ouvrage dans une interview donnée au pure player konbini fit scandale, suscitant les condamnations de la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, et de la ministre de la santé, Agnès Buzyn.

Il n’y aucun doute à la vue des faits rapportés qu’il s’agit d’un meurtre par préméditation. Anne Ratier a ainsi tué son fils par overdose en lui faisant ingurgiter une quantité létale de neuroleptique. Les détails données sont particulièrement sordides. On apprend que l’enfant est mort après trois jours d’agonie.

Ce contenu choquant est balancé sans aucun contexte. Le journaliste Hugo Clément est aussi utile qu’une plante verte. Il n’apporte aucune information. Ce que soulignait un membre du comité consultatif national d’éthique interrogé par l’Express:

Pour Régis Aubry, professeur de médecine au CHRU de Besançon et spécialiste des questions d’éthique et de fin de vie, cette absence de prise de hauteur lors des interviews pose un problème de fond. Visant la vidéo de Konbini, il développe: “Votre confrère [Hugo Clément] joue un mauvais rôle dans cette affaire. Il faut analyser, tenter de relier un acte avec un environnement. Là, on est dans l’excès émotionnel, le choc. Il y a quelque chose qui me semble presque malsain.”

Dans la vidéo de konbini, personne n’explique ce qu’est un état végétatif :

Ainsi, après la phase dite critique et la phase de coma, la personne peut s’installer dans un état végétatif :

  • Cet état se situe entre le coma et l’état de conscience minimale. La personne est éveillée mais inconsciente c’est-à-dire qu’elle peut ouvrir et fermer les yeux, bouger certains membres, sourire, rire, crier, gémir sans que cela ne soit le résultat d’une action consciente mais plutôt réflexe.
  • En effet, la personne n’agira pas de façon délibérée ou en réaction à des stimulations extérieures mais sans raison, c’est-à-dire que c’est son système nerveux autonome qui répondra.
  • La personne semble absente, et est incapable de fixer un objet qu’on lui montre (qui est le premier critère d’état de conscience).
  • La personne se trouve donc dans un état de totale dépendance tant au niveau des soins de base que de la nutrition ou de l’hydratation.

 Bon à savoir : une personne en état végétatif n’est pas considérée comme étant une personne en fin de vie.

Il n’y a aucune information donnée sur le contexte légal. Depuis 2016, la loi Claeys-Leonetti ouvre plusieurs points importants :

L’article 2 inscrit dans la loi un élément de jurisprudence du Conseil d’Etat issu de l’affaire Vincent Lambert, en disposant que la nutrition et l’hydratation artificielles constituent des traitements qui peuvent être arrêtés pour éviter une obstination déraisonnable.

L’article 3, qui a suscité les plus vifs débats, porte sur la sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience maintenue jusqu’au décès, associée à une analgésie. […]

L’article 4 dispose notamment que le médecin met en place l’ensemble des traitements analgésiques et sédatifs pour répondre à la souffrance réfractaire du malade en phase avancée ou terminale, même s’ils peuvent avoir comme effet d’abréger la vie. Il doit en informer le malade, la personne de confiance, la famille ou, à défaut, un des proches du malade. La procédure est inscrite dans le dossier médical.

L’origine de cette loi est d’autant plus intéressante qu’elle fait suite à la controverse autour d’un patient en état végétatif du nom de Vincent Lambert. Ce dernier végétait inconscient depuis un accident de voiture et n’avait pas laissée de directives anticipées. Sa femme disait qu’il n’aurait jamais voulu être maintenu en vie alors que ses parents s’opposaient à l’arrêt des traitements. Ces derniers étaient pratiquants de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X (FSSPX), un groupe schismatique de l’Église catholique qui est intégriste. La FSSPX comme l’Église catholique sont opposées à l’euthanasie. Cette dernière finira aussi par se joindre à la FSSPX pour condamner toute tentative d’arrêter la nutrition et l’hydratation de Vincent Lambert. Ce dernier est toujours en vie dans un hôpital. Le conflit entre la femme et les parents de Vincent Lambert continue depuis 2011. Suite à l’imbroglio autour de ce cas, la loi Claeys-Leonetti  a été votée en 2016 pour clarifier deux choses que la loi Leonetti de 2005 sur la fin de vie laissait peu claire : La nutrition et l’hydratation sont reconnus comme des traitements et les directives anticipées sont mieux encadrées. Quand Hugo Clément parle des Catholiques et de l’opposition à l’euthanasie, cela aurait été bien qu’il rappelle cette affaire par exemple pour illustrer son propos.

Il est noter qu’en 2018, Inès, une mineure de 14 ans, est morte suite à l’arrêt de l’hydratation et de la nutrition artificielle. Ce décès est la conséquence d’une décision du collège médical qui a décidé de l’arrêt des soins “au titre du refus de l’obstination déraisonnable” prévu par la loi Claeys-Leonetti de 2016. Piste pour Hugo Clément s’il voulait vraiment devenir journaliste, comparer des faits similaires pour les mettre en perspective peut être une piste. Frédéric, le fils d’Anne Ratier, est mort en 1987, soit 18 avant la loi Leonetti et 29 ans avant la loi Claeys-Leonetti. On peut se poser légitimement la question suivante : Si en raison de son état végétatif, serait-il mort sous sédation maximale après arrêt de la nutrition et de l’hydratation artificiels comme dans le cas d’Inès dans le cadre de la loi Claeys-Leonetti ?

Si la réponse est oui, on peut se dire que la loi actuelle permet d’éviter des homicides sordides comme celui commis par Anne Ratier sur son fils Frédéric en 1987. Frédéric serait quand même mort mais sous sédation dans un hôpital.

Malheureusement, konbini, qui reste dans un format purement émotionnel, n’a pas fait ce travail. Il faudrait qu’Hugo Clément sache utiliser un moteur de recherche. Et aussi, que konbini paye un staff pour préparer l’interview en aval pour avoir des questions adaptées et apporter des faits pour donner un contexte qui permet de comprendre un sujet aussi épineux que celui de la fin de vie. Or en termes d’éthique, cette pratique du journalisme poubelle low-cost est juste dégueulasse. Évidemment, que cette interview allait terriblement choquer et créer des dégâts psychologiques sur son audience. L’effet est encore plus dévastateur sur les personnes handicapées ou des militant·e·s anti-capacistes elles-mêmes qui peuvent légitimement interpréter cette vidéo comme l’apologie du meurtre eugéniste.

Cette vidéo a suscité une forte émotion dans le milieu militant. Or konbini aurait pu l’éviter s’ils décidaient de faire du journalisme respectueux de la déontologie. Ah oui, j’oubliais que ce dernier mot et Hugo Clément sont des oxymores. La vidéo publiée par la militante anti-validiste vivre avec en est un parfait exemple du quiproquo qu’il y a autour de cette affaire :

La vidéaste prend l’anecdote du rire raconté par Anne Ratier comme une preuve de vie. Or, vu la description qu’en donne Anne Ratier, il s’agit bien d’un réflexe. On le lance, il rigole automatiquement. Comme lorsque vous clignez des yeux si quelqu’un agite une main très près de votre visage. Il faut faire attention à ce genre d’argument qui est utilisé par les Catholiques intransigeants. Par exemple, les parents de Vincent Lambert, interprétaient des rires et des pleurs comme des signes d’interaction alors qu’il s’agissait de réflexes.

L’autre point qui me gêne dans cette vidéo est le propos ambigu sur l’euthanasie. Donner la mort ne serait en aucune circonstance un geste d’amour mais une action haineuse validiste. C’est oublier que des personnes concernées peuvent demander leur mort. C’était le cas de Vincent Humbert, patient tétraplégique, aveugle et muet suite à un accident de la route en. Il publiera un livre avec sa mère pour demander le droit à l’euthanasie. Son cas devint très médiatique et en 2006, il meurt sous l’action de sa mère et de son médecin. On peut clairement dire dans ce cas que la mère de Vincent Humbert a agi par amour pour son fils en exécutant son souhait. Est-ce que même si les conditions de vie de Vincent Humbert avaient été les meilleure possibles, il n’aurait pas eu de souhait de mort ? C’est contestable.

Vivre avec dit que ce la polémique autour du livre d’Anne Ratier n’a rien à voir avec l’euthanasie. Or l’évolution récente de la législation autour de la fin de vie et de l’arrêt de l’acharnement thérapeutique s’est articulée autour de cas médiatiques comme ceux de Vincent Humbert, tétraplégique, et Vincent Lambert, dans un état végétatif. Un gamin de 3 ans ne peut pas laisser de directives anticipées comme le prévoit la loi. Cela supposerait-t-il qu’il faut maintenir artificiellement en vie tous les enfants en état végétatif ? Faut-il empêcher les décès comme celui d’Inès en 2018 qui ont lieu légalement ? Cela parait discutable.

Par contre, je suis d’accord avec Vivre avec que l’interview donne peu d’éléments sur la condition de Frédéric. Le mot “état végétatif” n’est même pas prononcé dans cette interview. Vivre avec a raison de souligner le caractère publi-rédactionnel de l’interview en raison de l’absence de contradiction. La vidéaste relève avec raison les euphémismes employés désigner l’homicide commis par Anne Ratier.

 

Hits: 1763

2 comments
  1. Étant en faveur de l’euthanasie, je suis néanmoins choqué que les médecins n’envisagent de tuer les patients qu’en se contentant d’arrêter les soins, c’est à dire en les laissant mourir de faim, de soif ou d’asphyxie. C’est sans doute parce-qu’ils ont peur de tuer “de leurs propres mains” et préfèrent une méthode d’euthanasie plus “indirecte” histoire de préserver leur confort personnel. Comme si priver un corps de nutriments jusqu’à ce que mort s’ensuive était moins grave que de le guillotiner.

    • J’ajouterais une petite nuance. La sédation est maximale donc cela empêche la souffrance.
      Les médecins obéissent à la loi. Or le Droit français est clair, il est interdit pour les médecins d’euthanasier directement un patient.
      Néanmoins, c’est effectivement une limite avancée par les partisans de l’euthanasie qui voient une hypocrisie dans la législation actuelle. Plutôt que de laisser mourir, il s’agirait de faire mourir la personne directement afin que la situation soit réglée plus facilement.

Add Comment

Required fields are marked *. Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.